Portail TICE 1er Degré
Vaucluse
 

Les hypertextes

mardi 27 avril 2010, par Administrateur

2. Les hypertextes

2.1 Un projet fédérateur : ne pas faire plus, faire autrement

Trop souvent encore, la réalisation d’un projet qui fait appel à l’outil informatique est perçu par les enseignants comme une activité supplémentaire, du travail en plus. Peut-être parce que cet objet qu’est l’ordinateur est encore trop " sacralisé ", parce que la maîtrise de cet outil semble être un préalable à un début d’utilisation...
Or réaliser un site Web, un cédérom, un journal scolaire, ce n’est absolument pas faire du travail en plus, c’est le faire autrement. Ce projet va fédérer, coordonner, donner du sens à toutes les activités de la classe : français, maths, sciences, histoire, géographie... Donner du sens dans la mesure où les activités vont converger vers un projet commun, dans un même sens, et donner du sens car elles deviendront ainsi chargées de signification (on ne va pas apprendre à rédiger une interview dans le " vide ", mais parce qu’on en aura besoin, dans ce projet). Evidemment se lancer dans une telle activité va demander de la part du maître de s’interroger sur ses pratiques... Ce projet va fédérer la classe : ce sera un projet commun aux élèves de la classe, pourquoi pas de l’école ?

2.2 Quand se justifie la création d’un hypertexte ?

Chaque fois que l’on aura à présenter une situation complexe, un document hiérarchisé, un texte non linéaire, on pourra produire un hypertexte. Pour qu’un hypertexte soit un vrai hypertexte, il ne faut pas vouloir lui faire jouer le même rôle qu’au texte écrit traditionnel, ne pas vouloir l’utiliser pour remplacer un texte " traditionnel " . On pourra également utiliser l’hypertexte pour la présentation de documents que l’on aura " collectés ", à la suite d’une recherche. Enfin, si l’on veut varier le support de présentation (le média), si l’on veut pouvoir expédier le résultat d’une recherche, le fruit des travaux à des correspondants par exemple, alors l’hypertexte est le support idéal grâce à l’utilisation de disquettes, de cédéroms ou d’Internet.

2.3 Qu’apporte l’hypertexte ?

  • des supports de présentation différents, mais aussi des représentations différentes
  • une (inter)activité de la part du lecteur avec des choix conscients,
  • une sélection parmi les différentes informations, une multitude de lectures possibles, avec la possibilité de faire des relectures qui ne soient pas à l’identique.

2.4 Choisir un sujet

Aussi bien pour un projet de site Web que pour un projet de cédérom, il sera indispensable de choisir un thème bien précis. Ce sujet va déterminer les sujets de recherche. Il faudra également déterminer le destinataire : savoir pour qui on produit va avoir des influences sur le niveau de langage, le type et la complexité des informations... On ne va pas donner les mêmes informations sur sa ville si l’on s’adresse à une autre école de la même ville ou si l’on s’adresse à des correspondants étrangers, par exemple.

  • Trouver un thème sur lequel se documenter : partir des représentations des élèves, des propositions des élèves, en fonction du travail en cours. Le départ ou inducteur pourra être un texte, un dessin ou toute autre amorce.
  • Préciser le sujet, ses limites. Le formuler clairement, correctement. Ce travail pourra servir de support à des activités de vocabulaire ou de grammaire, en même temps qu’il permettra aux élèves de mieux cerner le champ de recherche.
  • Organiser les groupes de travail en veillant à les équilibrer et à ce que tous les élèves aient la possibilité de s’exprimer, de rechercher.

2.5 La recherche documentaire

Pour alimenter cette production, il faudra que les élèves fassent de la recherche documentaire. Comme pour toutes les autres activités qui font appel à un support informatique, l’informatique ne se suffit pas en elle-même. L’informatique est au service des matières. Lors de la création d’un hypertexte, il faut se dire que le principal travail réside essentiellement dans la recherche documentaire préalable et indispensable, et dans la conception d’un scénario de présentation. Il est important de mettre l’accent sur une démarche active des élèves lors de la recherche documentaire ou lors des différentes phases de restitution afin de favoriser et accroître la socialisation, la capacité d’organisation, l’aptitude à réinvestir les acquis personnels ou scolaires des élèves ainsi que leur autonomie. Outre la favorisation de l’autonomie grâce à l’apprentissage de méthodes de recherches, grâce à la structuration de stratégies de recherche documentaire, l’activité hypertexte favorise l’interactivité et met les enfants en situation de production et de réinvestissement.

  • Rechercher des informations, des documents.
  • Sélectionner des documents, repérer, prélever et organiser les informations.

Ces étapes seront suivies par d’autres qui sont particulières à l’hypertexte.

2.6 Mettre en forme le scénario

Lorsque les recherches ont un peu avancé, il est nécessaire de s’interroger sur la manière dont on va présenter à nos lecteurs le résultat de nos travaux. Ce scénario est là pour mettre en place le fil conducteur de l’hypertexte que nous allons réaliser, l’enchaînement des liens, des pages, des informations. Il ne sera pas forcément très précis, mais servira de point de départ à la conception de l’arborescence (sur papier d’abord) et permettra aux élèves de voir quels sont les domaines dans lesquels ils doivent se remettre en chantier (écriture de nouveaux textes, d’images, nouvelles recherches...). Ce scénario sera établi par l’ensemble des élèves si l’on veut que chacun se sente acteur et non pas simple exécutant d’une commande externe.

2.7 Distribution des tâches

A chaque étape de la production, il faut veiller à distribuer les tâches entre les élèves en évitant deux écueils principaux et volontairement caricaturaux (faire faire la même recherche, faire réaliser la même page à tous les élèves ou ne faire participer que ceux qui savent...)

2.8 Organisation matérielle

Afin que chacun s’y retrouve dans la masse des textes, des illustrations, il est important d’avoir une organisation matérielle très claire.
Le maître pourra instaurer par exemple un système de pochettes par rubrique. Sur chaque pochette, il fera figurer le nom des élèves qui ont en charge cette partie. A l’intérieur de chaque pochette, les élèves glisseront les textes, les illustrations réalisés. Le nom des fichiers textes, images ou sons figurera sur la pochette.
Ceci afin que les élèves sachent exactement où ils en sont dans leur production et qu’ils ne perdent pas de temps à remettre les textes en ordre lors de la réalisation de l’arborescence. Cela peut également permettre à des élèves qui ne travaillent pas sur cette partie mais qui, au cours de leurs recherches, ont trouvé des informations susceptibles d’intéresser leurs camarades, de savoir où les glisser.

2.9 Prévoir l’arborescence

En utilisant les textes et les illustrations réalisés et en s’appuyant sur le scénario, il faudra ensuite que la classe réalise l’arborescence du projet. Chaque page-écran sera affichée (sur un grand panneau d’affichage par exemple) et reliée aux autres pages-écran par des liens concrets (traits de couleur, bouts de ficelle...). Ainsi l’élève pourra visualiser le plan de l’hypertexte et se repérer plus facilement. Cette arborescence doit pouvoir évoluer si de nouvelles informations surgissent au cours des recherches, ou si des liens apparaissent entre des parties qui semblaient au départ bien distinctes.

2.10 La charte graphique

Lors de l’élaboration de cette charte graphique, on s’attachera à préciser la forme et non plus le fond des pages. Emplacement des textes, des images, choix de la police, couleur, les boutons de navigation, image de fond... Bref ! comment va être présenté, habillé l’hypertexte en cours de réalisation.

2.11 Réaliser tous les éléments

Il est indispensable d’écrire les textes, de réaliser les illustrations (images, sons, vidéos, animations..) et de les numériser (utilisation du traitement de texte, du scanner, de l’appareil photo numérique, du logiciel de dessin...) avant d’aller plus avant dans la réalisation de l’hypertexte.

En faire éventuellement une présentation à ses camarades sous forme d’exposé ou de panneau d’affichage peut être une très bonne approche avant l’hypertexte. Au cours de ce travail, l’élève doit s’approprier l’information, la restituer sous une forme plus élaborée, plus en accord avec le thème choisi, réactiver les apprentissages antérieurs en faisant preuve d’autonomie. L’élève doit savoir rechercher seul une information, mais surtout d’autonomie en phase de production, car il faut qu’il arrive à se démarquer du texte, du document qu’il consulte : il ne s’agit pas pour lui de recopier un texte tel quel.

2.12 Programmer l’arborescence

Lors de cette étape, on va intégrer les divers éléments (textes, illustrations, boutons...) au bon endroit tel que cela a été prévu dans l’arborescence, grâce à l’utilisation du logiciel adéquat. (Néobook, pour un Cédérom, Claris Home Page, Dreamweaver ou autre éditeur de pages html pour un site Web.)

2.13 Evaluer

L’évaluation sera divisée en deux parties.

  • Une première évaluation par les élèves eux-mêmes, se fera grâce à l’analyse du contenu (scientifique ou non), à la qualité de la rédaction, de la présentation, et enfin en fonction du respect des consignes, du contrat de départ. L’arborescence est-elle respectée ? Est-ce que ça tourne comme on le souhaitait ?

  • L’évaluation réelle aura lieu lors du retour des impressions, des critiques et des questions des lecteurs destinataires. Dans les deux cas, de nombreux ajustements, corrections seront nécessaires.

2.14 Logique de production ?

A l’école nous n’avons pas à entrer dans une logique de production : la production n’est pas une fin en soi. Si elle l’était, on ne ferait participer à ce type de projet que ceux qui savent déjà faire, ceux qui savent déjà utiliser un ordinateur, faire une recherche, ou pire encore, le maître ferait à la place des élèves. Ce qui est important et qui doit le demeurer, c’est toute la démarche qui se trouve en amont du produit fini lui-même.

Pour éviter d’entrer dans cette logique de production tant redoutée, le maître doit avoir des ambitions mesurées et en tout cas à la mesure de ses capacités et de celles de ses élèves. Il devra moduler le projet ou les envies des élèves de sorte que cela reste réalisable par eux. Il est possible néanmoins de considérer le maître comme le " manouvre ", l’exécutant qui va faire ce que les architectes, les élèves vont lui demander. Dans ce cas, si l’on veut que cela soit profitable aux élèves, il est indispensable que le maître ne fasse pas plus que ce qu’ordonnent les élèves. C’est à eux, lors de la phase d’évaluation, de contrôle, de trouver ce qui ne va pas ou ce qui pourrait être modifié, amélioré tant dans le fond que dans la forme. (avec l’aide du maître s’entend).

2.15 Cédérom avec Néobook

NeoBook est un logiciel de conception de produits multimédia.
L’équipe départementale informatique l’a choisi car :

  • son fonctionnement repose exactement sur les mêmes principes que le logiciel de mise en page Publisher de Microsoft utilisé par de nombreuses écoles. L’investissement en formation pour ce dernier sera réutilisé pour NeoBook.
  • pour une utilisation courante avec les élèves, aucune notion de programmation n’est nécessaire contrairement à certains produits haut de gamme dont les possibilités énormes n’ont que peu d’intérêt pour l’utilisation pédagogique que nous désirons en faire.
  • son rapport facilité-qualité-possibilités-prix reste très raisonnable 63,75 euros (TTC) en prix éducation.

Il est édité par Neosoft et distribué en France par la société TTP-France, fax : 01.72.74.44.46

Premiers réglages

  • Dès que l’on commence à utiliser NeoBook, il est nécessaire de procéder à divers petits réglages.
    Menu Projet, Paramètres,
    - Onglet Publication : donner un titre et un nom d’auteur
    - Onglet Contrôle d’accès : cocher les deux premières lignes de la partie Comportement de la fenêtre
    - Onglet Taille/Couleurs : choisir une taille d’écran (nous conseillons 640 x 480 pour le moment) et le nombre de couleurs adaptées (nous conseillons 16 millions de couleurs).
  • Dans le menu Options nous conseillons de cocher les lignes : Afficher le grille magnétique, Suivre la grille et Afficher les images.

  • Vous avez créé un objet (cadre d’image, bouton, etc.) et vous désirez le modifier, pensez à cliquer sur le bouton droit de la souris.

2.16 Logiciels de pages Web

Produire un site web avec sa classe est une activité très intéressante et très enrichissante dans laquelle nous vous encourageons de vous lancer.
Ce travail pédagogique mené à bien, se posera alors à vous le problème du choix d’un logiciel pour créer vos pages. Au cours du dernier millénaire, alors que nous en étions encore à l’aube des sites web, tout se faisait en langage HTML pur. En ces temps reculés, il fallait connaître de nombreuses commandes html, posséder des ouvrages épais et indigestes sur sa table mais aussi dans sa tête... Des nostalgiques, (des archéologues peut-être ?) continuent de parler le html. Faut dire qu’en ces temps-là, ceux qui possédaient le html sur le bout de la langue, possédaient le pouvoir...
Mais... l’informatique n’étant plus ce qu’elle était, sont arrivés sur le marché des logiciels WYSIWYG (ce que vous voyez est ce que vous obtenez), autrement dit, grâce à des menus, des icônes, il suffit de choisir la fonction que l’on désire et tout fonctionne !
De nouveaux logiciels de pages web surgissent comme ça sur le marché un peu tous les jours. Ce sont soit de nouveaux éditeurs qui se lancent dans l’aventure, soit de nouvelles versions de logiciels existants.
Comment choisir dans cette jungle ? Il en va des logiciels de pages web comme des logiciels de traintement de textes, chacun doit faire ses essais, ses tentatives avant de trouver celui qui lui convient. Nous n’avons pas la prétention de vous les présenter tous. Il en existe, et vous devez en connaître, bien d’autres que vous pouvez nous recommander

Gratuits
Payants
Claris Home Page 2
(si vous êtes abonnés à Wanadoo)
WSKA Namo Web editor
Macromédia Dreamweaver 2
(si vous êtes abonnés à Wanadoo)
Macromédia Dreamweaver 8
NVU Mozilla
Adobe Golive
Microsoft Frontpage Express
si vous avez Windows 95 et supérieur.
Microsoft Frontpage

 

Ceux d’entre vous qui sont abonnés à Wanadoo peuvent télécharger une documentation sur Dreamweaver 2 ici, mais aussi ici ou encore là. Vous pouvez également télécharger une documentation simplifiée, mais très bien faite ici.

 
Portail TICE 1er Degré Vaucluse – Responsable de publication : M. l'IEN TICE 84
Dernière mise à jour : lundi 17 septembre 2018 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille