Portail TICE 1er Degré
Vaucluse
 

L’Enseignement Assisté par Ordinateur

mardi 27 avril 2010, par Administrateur

L’enseignement assisté par ordinateur

Les logiciels d’Enseignement Assistée par Ordinateur (E.A.O.) existent depuis longtemps dans les écoles. Depuis le plan IPT de 85 où les IO prônaient l’enfant programmeur, les logiciels d’EAO ont été créés par des éditeurs et/ou des instituteurs passionnés. Ces logiciels, souvent pédagogiquement intéressants disposaient d’une interface (apparence à l’écran et mode de fonctionnement) austère due à l’avancement des technologies de l’époque.

Mais qu’en est-il de l’EAO aujourd’hui ?

Les IO ont changé, on ne fait pas d’informatique à l’école. L’accent a été mis sur l’utilisation de l’ordinateur comme outil pour la classe, dans la classe, où la création multimédia a pris sa place et l’EAO a suivi une évolution multiforme. Les progrès technologiques ont permis un bond en avant concernant la convivialité des logiciels : présentation, ergonomie, présence de sons, d’animations rendent agréable la manipulation des nouveaux logiciels d’EAO. Cette convivialité ne doit pas éblouir notre vision des contenus de ces logiciels qu’il est nécessaire de maîtriser sous peine de zapping et de perte de temps pour les élèves.
On peut distinguer plusieurs types de logiciels d’EAO : les ludo-éducatifs, les éducatifs purs (exerciseurs) et les encyclopédiques, qu’ils soient " ouverts " (possibilité pour l’enseignant d’introduire lui-même ses exercices) ou " fermés ". Dans tous les cas, il est impératif qu’ils soient intégrés dans les enseignements et non pas simplement "plaqués" ou juxtaposés.

 

1 Différents types de logiciels E.A.O.

· Les logiciels ludo-éducatifs existent pour tous les niveaux, de la maternelle au CM2 (pour ce qui nous concerne). Ils demandent des ordinateurs récents pour fonctionner correctement. Créés pour une utilisation dans un cadre familial, ils sont souvent présents dans les CDthèques des écoles. Leur gros inconvénient est que les notions étudiées sont difficiles à sérier et souvent engluées dans une myriade d’effets prenant beaucoup de temps. La médiation du maître est indispensable pour les utiliser dans le cadre scolaire. De plus, il est difficile d’évaluer les compétences abordées et acquises lorsque cela est possible. Certains de ces logiciels sont "ouverts" mais cette opération relativement longue pour être efficace est rarement utilisée par les enseignants. Leur coût, loin d’être négligeable, n’est pas toujours en rapport avec ce qu’ils apportent.

· Les éducatifs purs abordent des domaines précis (français : lecture, conjugaison, grammaire. math : tables, numération, géométrie. histoire, géo, sciences.). Il en existe de toutes sortes : du très ancien fonctionnant sur des ordinateurs obsolètes au plus récent nécessitant des ordinateurs plus performants. Ils sont plus adaptés à un usage scolaire que les précédents, les exercices sont ciblés, la possibilité d’évaluation et de regroupements de résultats est souvent présente. La notion d’"ouverture", bien que nécessitant du temps, existe et est relativement facile à mettre en ouvre. Le coût de ces logiciels est très variable, mais il est possible d’équiper une école avec de tels logiciels avec des financements modiques. En moyenne, quelques dizaines d’euros suffisent mais il en existe beaucoup de gratuits.

· Les logiciels encyclopédiques ont permis une évolution de l’enseignement assistée par ordinateur par la possibilité d’effectuer des recherches documentaires sur un support différent du livre qu’il soit sur cédérom ou "en ligne" c’est-à-dire sur Internet.
La qualité inégale des logiciels présents sur le marché doit inciter l’acheteur potentiel à en prendre préalablement connaissance.
Comme pour les logiciels ludo-éducatifs, l’enseignant devra investir un temps non négligeable à l’appropriation des possibilités de navigation à l’intérieur du logiciel et vérifier le contenu avant de laisser les élèves chercher, sous peine d’une grosse perte de temps pour ces derniers.

Les assistants d’éducation apportent souvent une aide importante dans la mise en place d’activités utilisant ces différents logiciels mais il faut rappeler que leur rôle n’est pas d’élaborer et mettre en place ces activités. Cette responsabilité incombe au maître de la classe.

 

2 Les logiciels R.I.P.

Conscient des difficultés que peuvent connaître les enseignants lorsqu’il faut choisir un logiciel, le Ministère de l’Education Nationale a nommé une commission chargée d’attribuer le label "Reconnu d’Intérêt Pédagogique" (R.I.P.) aux logiciels qui le méritent.
Les IEN sont destinataires de certains de ces logiciels : vous pouvez donc les consulter dans votre Inspection avant de les acheter.
Gardez toutefois bien présent à l’esprit que "faire de l’EAO" n’est pas "faire de l’informatique" et ne permet pas non plus d’acquérir les compétences ciblées dans le B2i.

 

3 Analyse de logiciels R.I.P.

Pour connaître la liste des logiciels R.I.P. et voir les commentaires qui en sont faits, vous pouvez consulter entre autres le site Educnet.

 

 

 

 
Portail TICE 1er Degré Vaucluse – Responsable de publication : M. l'IEN TICE 84
Dernière mise à jour : lundi 17 septembre 2018 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille